Logement, Qualité de vie

Le taux de logement sociaux converge vers la barre symbolique des 50 % !

La loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain) stipule que les villes de plus de 1500 habitants en Ile-de-France doivent respecter le taux de 25% de logements sociaux à l’horizon 2025. Tout citoyen doit pouvoir se loger dans de bonnes conditions et à un loyer qui correspond à son niveau de revenus. Le logement est un droit fondamental et la mixité sociale indispensable pour notre qualité de vie. Il est en revanche tout à fait dangereux de mener une politique très orientée vers un type de logements en particulier. A Chevilly-Larue, le choix a été fait de densifier considérablement nos quartiers et d’augmenter sensiblement le nombre de logements sociaux.

Les chiffres de la DRIHL (Direction régionale et inter départementale de l’hébergement et du logement) permettent de comparer les taux de logements sociaux par ville de notre circonscription. Le dernier comptage remonte à l’année 2014 et ne prend donc pas en compte les dernières opérations en matière d’urbanisme.

Chevilly-Larue : 42,6% 

Thiais :28,9%

Fresnes :33,20%

L’Hay-Les-Roses :28,3%

Rungis :18,7%

A Chevilly-Larue, le plan local d’urbanisme a été fortement modifié par la municipalité jusqu’en 2015 et il est prévu la construction de nouveaux logements sociaux dans le quartier des Sorbiers, dans la cité Anatole France, dans le quartier Bretagne et dans le centre-ville.

Certains immeubles sont déjà achevés comme dans le quartier des Sorbiers, d’autres en cours de construction toujours dans Les Sorbiers et d’autres encore verront prochainement le jour principalement dans le quartier Bretagne. La question qui se pose désormais n’est pas celle de savoir si Chevilly-Larue va atteindre les 50 % de logements sociaux mais plutôt quand va-t-elle y arriver.  Beaucoup de citoyens nous ont fait part de leur inquiétude de voir Chevilly-Larue perdre définitivement son âme de ville à taille humaine pour se transformer en ville dortoir de la banlieue parisienne. Les habitants du quartier Bretagne sont encore plus inquiets de voir fleurir de nouveaux immeubles autour de leurs pavillons.

Cette densification historique pose également la question des services publics actuels et leur dimensionnement pour accueillir de nouvelles populations. Faudra-t-il par exemple agrandir les écoles actuelles de Chevilly-Larue ou en construire de nouvelles ?

Publicités

5 réflexions au sujet de “Le taux de logement sociaux converge vers la barre symbolique des 50 % !”

  1. Une politique de développement du logement social au-delà du raisonnable, comme c’est le cas à Chevilly-Larue depuis de nombreuses années, a pour avantage, en effet, de constituer pour son instigateur un réservoir providentiel de voix.
    Les inconvénients sont par contre légion. La non prise en compte de la mixité sociale est la porte ouverte à l’intolérance, à l’insécurité. Elle favorise par définition le communautarisme et ses dérives.
    On note une stagnation sinon une baisse de la valeur du foncier pour les propriétaires qui ont acheté il y a une vingtaine d’années et ce malgré l’arrivée du tramway. Le niveau de vie moyen tend lui aussi à baisser et ne permet ni l’essor ni le maintien de commerces dignes de ce nom et de la vie économique en général.
    Les services municipaux faute de financement souffrent d’un manque de moyens et ne sont pas au niveau de l’attente des Chevillais malgré le dévouement notable du personnel.
    Que dire alors de la mise en place de moyens de sécurité, de surveillance et d’intervention qui seront demain encore plus nécessaires et que leur absence aujourd’hui ouvre la porte aux trafics en tous genres et aux incivilités qui les accompagnent.
    Si le Cercle Chevillais énerve, c’est qu’il sait appuyer là où ça fait mal : La paupérisation de notre cité.

    J'aime

    1. Effectivement, le travail de fond des membres du Cercle de Chevilly-Larue, est assez dérangeant.
      Nous posons des questions mais nous n’avons reçu, pour l’instant, que mépris de la part de quelques élus (heureusement pas tous) souhaitant continuer à paupériser notre ville et ses habitants. On peut dalleurs légitimement se demander dans quel but ?
      L’urbanisation excessive en est la vitrine et cache une misère sociale de plus en plus répandue dans cette commune aux atouts considérables.

      J'aime

    2. je suis tout à fait d’accord et résume bien la situation actuelle.
      Il suffit d’aller voir le soit disant marché de Chevilly…; Il y a bien longtemps que je n’y vais plus. Je préfère largement aller autre part. C’est dommage, d’autres villes / commerçants profitent de mon pouvoir d’achat.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s